Pique-nique à la Bergerie

Le premier août est bien entendu la fête nationale suisse… Mais, cette année, cette date a surtout été l’occasion pour quelques membres de la Bergerie (accompagnés de leur conjoint-e et même de leur progéniture) de se retrouver autour d’un barbecue, mettant ainsi fin à la solitude (relative) de celles et ceux qui n’étaient pas parti-e-s en juillet.

La bonne humeur était flamboyante… L’appétit débordant. Et la nourriture abondante !

Cependant, une fois la surface de la table nettoyée de toute trace d’aliment, certain-e-s, apparemment encore affamé-e-s, se tournèrent frénétiquement vers les vertes cultures, à la recherche de quelque chose à se mettre sous la dent…

Après de longues recherches, la chance leur sourit ! Quel soulagement !

La Bergerie sort de l’hiver

Le soleil brille, le temps se réchauffe… Et les jardiniers de la Bergerie n’en peuvent plus d’attendre !

Le groupe organisant le plan du jardin a été constitué et s’est récemment réuni pour proposer un premier projet.

Sur le terrain, quatre d’entre nous sont allés tailler les arbustes fruitiers dans le but d’assurer de bonnes récoltes, sur le long terme.

Si la quantité de travail à fournir était très raisonnable, quatre avis n’étaient pas toujours de trop pour décider si telle ou telle branche aurait l’honneur de rester ou non…

Nous avons ensuite ramassé les graines du très productif robinier qui jonchaient les plate-bandes puis avons étalé le restant de foin sur les parcelles destinées à notre expérience de « phénoculture ».

Tout semble prêt pour les cultures !

La Bergerie sous le foin !

Une nouvelle expérience vient de commencer à la Bergerie. Il y a quelque temps, nous avions décidé de convertir environ la moitié de nos plates-bandes à la «phénoculture», une méthode de culture inventée par Didier Helmstetter, auteur du livre «Le potager du paresseux» (voir aussi sa chaîne YouTube).

En bref, il s’agit de couvrir le sol d’une épaisse couche de foin (et non de paille) puis d’écarter le foin juste là où on veut planter ou semer. Idéalement, ceci empêche la pousse des plantes indésirables, ralentit l’évaporation, favorise la vie des bactéries, vers de terre et champignons et fertilise le sol. Si tout ce passe comme prévu, les légumes devraient pousser sans notre intervention !

Cependant, pour initier cette nouvelle manière de faire (ou de ne plus faire), il a quand même fallu mettre la main à la pâte, comme en témoignent les images ci-dessous. Ce lundi, nous avons en effet reçu et déroulé une «botte» de foin.

La botte de foin, un lourd et gros rouleau, nous a été livrée à l’entrée du jardin directement par tracteur. Mais ensuite, la force musculaire a dû se substituer à la force mécanique…

 

Allez! Encore un effort ! (cliquer sur cette image pour nous voir en action…)

Et voilà le travail ! La couverture de foin est prête pour l’hiver et la prochaine saison de culture.

Le printemps de la Bergerie

Ça bouge à la Bergerie !

Depuis la fin de 2017, nous avons accueilli plusieurs nouveaux membres qui, peut-être plus encore que les « anciens », piaffaient d’impatience de pouvoir enfin se mettre au travail.

Après deux réunions préparatoires dans un café, où nous avons sans doute battu notre record pour le nombre de participants présents…

IMG_0853_blog

IMG_0857_blog
IMG_0860_blog

IMG_0855_blog

Nous avons enfin pu nous mettre au travail, et sérieusement !

IMG_1094_blogIMG_1091_blog

De nouvelles plate-bandes sont ouvertes à grands coups de pioche.

Sandra1_blogOn sème et on plante…

IMG_2015_blog… en particulier sur la butte de permaculture

IMG_1999_blogEncore une nouvelle plate-bande !

img_2006_blog-e1523884820438.jpg
IMG_2009b_blog

Et bien sûr, il y a pas mal de désherbage et de nettoyage à faire…
IMG_2011_blog

IMG_2023_blogIMG_2024_blog

Même le cabanon a eu droit à un rafraichissement printanier

Et les plantes, comestibles ou non, ayant survécu à l’hiver semblent elles aussi s’épanouir avec le retour du soleil et d’une certaine douceur…

IMG_2040_blogIMG_2030_blog

IMG_2033_blog

Fin de saison à la Bergerie

C’est accompagnés des premiers flocons de neige épars que quelques membres de la Bergerie se sont réunis le 26 novembre pour quelques travaux qui seront sans doute parmi les derniers cette année.

Comme toutes les plantes annuelles (plants de tomates et de courgettes, entre autres) avaient déjà été arrachées, il ne restait plus qu’à s’occuper du compost, et à préparer une dernière plate-bande pour l’hiver.

Berg_9825_blog

Un petit moment de concentration (ou de concertation) avant de se mettre au travail ?

Berg_9834_blog

Voilà ! Chacun à trouvé une manière de collaborer au mélange et au transport du compost.

Berg_9842_blog

Pendant ce temps, à quelques pas de là, c’est désherbage, bêchage et semis d’engrais vert. Avec aussi une bonne dose de bavardage pour se tenir chaud…

Berg_9830_blog

En fait de bavardage, il pourrait s’agir de planification tout ce qu’il y a de sérieux.

Berg_9849_blog

Berg_9832_blog

Parmi les « survivantes », de magnifiques côtes de bette rouges.

Après une heure ou deux de travail, il ne nous semblait plus y avoir beaucoup à faire mais il restait tant à se dire qu’une fois les outils posés, les mains ne sont pas restées vides…Berg_9856_blog

Berg_9854_blog

Joie et recyclage.

La butte de la Bergerie terminée

À la Bergerie, nous avons (enfin !) mis la dernière main à la butte de permaculture commencée en mai. En fait de dernière main, il s’agissait de placer des planches autour de la butte, pour éviter qu’elle ne s’étale, puis de la couvrir de quelques brouettées de compost et d’une bonne couche de paille.

IMG_8979_blog

IMG_8967_blogIMG_8983_blog
Et voilà ! La butte est prête. Il ne reste plus qu’à la laisser reposer jusqu’au printemps prochain. À moins que nous n’essayons d’y planter déjà quelque chose cet automne…

IMG_8992_blog

 

Une butte de permaculture à la Bergerie

À la Bergerie, les plantes, désirables ou non, poussent et les jardiniers jardinent… De nombreux travaux ont donc eu lieu dans les dernières semaines.

Une réalisation notable, bientôt terminée, est une butte de permaculture. Voici quelques étapes de son évolution. Il ne s’agit ici que d’illustrations. Pour des explications  sur la marche suivre, voir, par exemple cette vidéo (youTube) ; la première méthode décrite est proche de ce qui a été fait à la Bergerie.

Avant de monter, il faut descendre, c’est-à-dire creuser le sol (très dur…) là où s’érigera la butte ainsi que deux «chemins» latéraux.

butte_berg_050_blog

butte_berg_100_blog

butte_berg_110_blog

Ensuite, on remplit avec des branchages, des déchets végétaux, du compost…

Et on remet une bonne couche de terre (celle qui provient du creusement initial). À chaque étape, on arrose très généreusement…

Le travail est presque terminé. Il faut encore pailler… et planter! butte_berg_400_blog